Macron : “On ne peut pas élire un banquier et lui demander d’aider les pauvres”

Alors que les gilets jaunes font souffler un vent de contestation sans précédents sur toute la France, Emmanuel Macron s’est enfin exprimé. Dans un entretien privé avec notre rédaction, c’est un Président ému, parfois jusqu’aux larmes, qui s’est adressé à nous, en avouant “ne plus comprendre les français“.

Le Connard Enchaîné s'est entretenu avec le Président de la République Emmanuel Macron

Macron assume : “Tout ce que je fais au peuple, c’est ce pourquoi il m’a élu…”

Emmanuel Macron a rappelé que : “J’ai été un banquier d’affaires, avant de devenir ministre socialiste. En 2017, lors des élections, je me suis présenté aux français tel que je suis réellement : un opportuniste prêt à tout pour arriver à ses fins. Je n’avais aucun programme, à part supprimer l’ISF et aider les riches. Et contre toutes attentes, le peuple m’a choisi comme Président de la République. Moi, à l’origine, j’ai fait ça pour faire rigoler les copains, qui pensaient qu’un escroc comme moi ne pourrait jamais réussir là ou Coluche et Dieudonné avaient échoué avant moi (ndlr : se faire élire Président de la République en n’étant pas issu de la société politique traditionnelle).

Le Président a ensuite affirmé que : “Une fois élu, je n’étais pas préparé à être Président. Je n’avais pas de parti, pas de collaborateurs. J’ai donc créé La République En Marche afin de donner une deuxième chance à tous ceux qui avaient été rejetés du Parti Socialiste (Gérard Collomb, Manuel Valls) et des Républicains (Bruno Le Maire), ou qui étaient trop cons pour réussir le concours de l’ENA et devenir préfets. Et là encore, les français ont choisi de voter pour nous lors des élections législatives. Après tout ça, il ne faut pas se plaindre qu’on ne soit pas bons“.

Pour lui, démissionner ou reculer reviendraient à bafouer les principes de la démocratie

Emmanuel Macron invoque la démocratie et la volonté du peuple pour légitimer sa fonction et ses mesures. Lorsqu’on évoque au Président certaines revendications des gilets jaunes qui vont jusqu’à clamer “Macron démission!“, il nous répond sans équivoque : “Et pourquoi, je démissionnerais ? La République En Marche est majoritaire à l’Assemblée Nationale. Moi, je peux m’en aller, mais il y aura toujours mes potes pour continuer à enc… les français en votant les lois“.

Finalement, évoquer sa démission redonna le sourire au Président, puisqu’il continua, hilare : “Et puis, si je démissionne, qui va me remplacer ? Christophe Castaner ? Bruno Le Maire ? Et pourquoi pas non plus organiser à nouveau l’élection présidentielle, histoire de voir si les francais préféreront voter pour Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon…“. C’est sur ces mots que nous avons dû mettre fin à l’entretien, en raison du fou rire interminable provoqué par celui-ci. “Si les français ne sont pas contents, ils n’avaient qu’à voter pour Le Pen” réussit quand même à nous glisser Macron, entre deux rires intempestifs.

Résumé
Macron : "On ne peut pas élire un banquier et lui demander d'aider les pauvres"
Titre de l'article
Macron : "On ne peut pas élire un banquier et lui demander d'aider les pauvres"
Description
Dans un entretien exclusif avec Le Connard Enchaîné, le Président Emmanuel Macron s'est exprimé face à la grogne des gilets jaunes, et plus largement des français.
Auteur
Journal
Le Connard Enchaîné
Logo du journal

Sébastien Mayoux est le créateur du Connard Enchaîné, ainsi que son Rédacteur en Chef. Passionné par la politique, et la géopolitique, il est aussi un auteur notoire sur le web. Travaillant dans le marketing numérique depuis de nombreuses années, il a été contributeur sur plusieurs blogs. Depuis quelques mois, il est même l'auteur d'un roman "Al Baas : L'ennemi de l'intérieur".

Tagués avec : ,