Retrait de Syrie : Donald Trump aurait compris que la guerre ne servait à rien en lisant un livre

Depuis son élection, en 2016, Donald Trump ne cesse d’être la risée du monde intellectuel et des élites politico-médiatiques. Entrepreneur à succès, ce sont surtout son ignorance et son inculture qui lui sont reprochées. Afin de changer son image, ses conseillers politiques lui ont ainsi recommandé de se cultiver. Des préconisations qu’il semble vouloir suivre, puisqu’il s’est mis à la lecture. Mais, encore une fois, son manque de culture l’a conduit à faire de mauvais choix.

Après la lecture d'un livre, la guerre en Syrie serait apparue comme inutile aux yeux de Donald Trump

Tellement peu habitué à lire, il aurait confondu un roman de fiction avec un témoignage historique

Al Baas est un polar dont l'intrigue se déroule en Syrie, pendant la guerre civileQuelques mois après avoir acheté un vieil Atlas plus vraiment à jour, ce qui l’aurait poussé à se ridiculiser face au ministre des Affaires Étrangères espagnol, Donal Trump a récidivé. Il aurait lu “Al Baas“, un roman d’espionnage dont l’intrigue recense les tribulations d’un ancien rugbyman savoyard à Alep, au cœur de la guerre civile syrienne. Ce polar est bien entendu une pure fiction, sortie tout droit de l’imagination de son auteur. Mais, cela, le président américain ne l’aurait pas compris : il aurait pris pour “argent comptant” tout ce qui était écrit dedans. Ce livre décrit la guerre de Syrie comme un conflit dans lequel la frontière entre le bien et le mal se confondent. Aussi, il dévoile à quel point les élites politiques occidentales (la France et ses alliés de la coalition, dont fait partie les Etats-Unis) sont capables de manipuler la vérité, que ce soit auprès de leurs citoyens, voire envers leurs propres armées et agences de renseignements. Comme dit l’adage : “En temps de guerre, tous les coups sont bons“.

En lisant ce roman, Donald Trump, le chef de la première puissance militaire mondiale, aurait ressenti une immense aversion pour cette guerre. D’un seul coup, elle lui aurait apparu comme étant “vaine et inutile, et n’ayant plus aucun sens“. Et cette soudaine prise de conscience l’aurait incité à désengager l’armée américaine de Syrie.

Un épisode qui relance le débat sur les thèses complotistes et les fake news concernant la politique internationale

Si cette nouvelle mésaventure du président des Etats-Unis prête à sourire, on espère pour les Etats-Unis que Donald Trump ne va pas prendre Le Connard Enchaîné pour Le Canard Enchaîné, et baser ses analyses géopolitiques et ses futures décisions internationales sur nos articles.


Saviez-vous que l’auteur de cet article a également écrit un roman d’espionnage ?

Al Baas : L’ennemi de l’intérieur est un polar haletant qui emmène le lecteur aux quatre coins du monde dans les pas d’un agent de la DGSE. Au menu : suspense, voyage, rebondissements et évasion.

Découvrez-le maintenant !

Résumé
Retrait de Syrie : Donald Trump aurait compris que la guerre ne servait à rien en lisant un livre
Titre de l'article
Retrait de Syrie : Donald Trump aurait compris que la guerre ne servait à rien en lisant un livre
Description
Tellement peu habitué à lire, il aurait confondu un roman de fiction avec un témoignage historique, et se serait basé sur l'intrigue du polar Al Baas pour désengager les troupes américaines de la guerre en Syrie
Auteur
Journal
Le Connard Enchaîné
Logo du journal
Avatar

Sébastien Mayoux est le créateur du Connard Enchaîné, ainsi que son Rédacteur en Chef. Il a créé ce site pour pouvoir enfin être drôle. En effet, dans la vraie vie, ses blagues n'ont jamais fait rire personne, malgré plusieurs tentatives...