Le stationnement bientôt payant sur les aires d’autoroutes ?

Ce que certains appellent le « scandale des autoroutes » pourrait bientôt prendre une nouvelle dimension. Les dirigeants d’Eiffage et de Vinci (les deux principaux exploitants des autoroutes françaises) se seraient rencontrés ces derniers jours au cours d’une « table ronde » qui avait pour but de trouver des solutions pour augmenter encore un peu plus la rentabilité d’une activité déjà très rentable. Les deux entreprises se seraient entendues sur une nouvelle mesure inédite : faire payer les parkings aux utilisateurs sur les aires d’autoroutes.

Les sociétés d'autoroutes envisagent de rendre les places de parkings payantes sur les aires de repos

Des horodateurs bientôt installés sur toutes les aires d’autoroutes

Eiffage et Vinci comptent s’inspirer de ce qui se fait déjà dans les centre-villes et les grands centres urbains, en installant des « parcs mètres » sur toutes les aires d’autoroutes, et en appliquant une facturation à la minute. Comme l’explique un dirigeant d’APRR (Autoroutes-Paris-Rhin-Rhône, la filiale du Groupe Eiffage exploitant les autoroutes de l’Est de la France), « ce modèle d’affaires est très intéressant économiquement, car l’installation d’horodateurs n’est pas un gros investissement, et il pourrait être rentabilisé en quelques mois seulement, selon le tarif appliqué ».

Et côté tarif justement, les exploitants autoroutiers souhaiteraient un prix qui permette une rentabilité maximum, quitte à faire mal au porte-feuille des usagers. Une facturation de 2 euros par minutes est envisagée, ce qui rendrait les stationnements sur autoroutes plus dispendieux que de se garer dans le centre-ville de Paris. « De toute façon, une fois que vous êtes arrivés sur une aire d’autoroutes, vous n’aurez pas le choix de payer, car toutes les places seront payantes. Et à la prochaine aire aussi. Ce n’est pas comme en centre-ville, où on peut chercher une place gratuite », assume le Directeur d’exploitation d’ASF (Autoroutes du Sud de la France, filiale de Vinci).

En appliquant des si hauts tarifs sur leur parkings, les sociétés d’autoroutes espèrent également faire baisser leur frais d’exploitation. En effet, d’après leurs calculs, plus de la moitié des personnes qui s’arrêtent sur une aire d’autoroute ne consommeraient rien dans les stations services (et ne représenteraient donc aucun chiffre d’affaires substantiel). Ceux-ci se contenteraient d’utiliser les toilettes ou de faire une petite sieste. Eiffage comme Vinci comptent ainsi réduire ce phénomène, en les incitant à attendre d’arriver chez eux pour aller aux WC. « Le nettoyage des toilettes ou des places de stationnement est une activité qui nous coûte de l’argent, et qui nous rapporte rien. Nous espérons réduire ce poste de dépenses en rendant les places de stationnement payantes », avoue l’un des exploitants des autoroutes.

Un partenariat avec les services d’enlèvements de voitures et les fourrières pour sanctionner les mauvais payeurs.

Avec des tarifs si dispendieux, le risque de fraude est important. Les sociétés d’autoroutes le savent et, pour faire la chasse aux mauvais payeurs, elles comptent, là encore, s’inspirer de ce que font les villes pour les stationnements urbains. Selon nos sources, des représentants des sociétés d’enlèvements de véhicules auraient été également conviés à cette « table ronde » par Vinci et Eiffage. Les exploitants autoroutiers souhaiteraient en effet que leurs employés puissent les appeler lorsqu’un véhicule hors-la-loi, sans ticket de stationnement arboré derrière le pare-brise, est identifié, et que celui-ci puisse être mis en fourrière.

Mais, le porte-parole de Vinci tient cependant à rassurer les utilisateurs : « Oui, il y aura sanction si quelqu’un ne paye pas son stationnement. Mais, il n’y aura pas de double peine. Il n’y aura pas de surcharge pour les frais d’enlèvement ou de remorquage, sous prétexte qu’on sera sur une autoroute. Les tarifs qui s’appliqueront seront exactement les mêmes qu’en ville ».  Il a également tenu à préciser que « la voiture sera remorquée jusqu’à la fourrière la plus proche, afin d’éviter de pénaliser des vacanciers en leur faisant perdre trop de temps dans la récupération de leur véhicule ».

Cependant, lorsqu’on lui demande comment les usagers pourront se rendre dans cette dite fourrière depuis une aire d’autoroute, il s’est montré beaucoup plus vague : « Nous n’assurons pas le service après-vente. C’est à l’utilisateur de trouver des solutions. Ils peuvent faire du stop, appeler un ami, commander un Uber, etc… ».

Résumé
Les places de stationnement bientôt payantes sur les aires d'autoroutes ?
Titre de l'article
Les places de stationnement bientôt payantes sur les aires d'autoroutes ?
Description
Eiffage et Vinci, les deux principaux exploitants des autoroutes françaises, se sont réunis il y a quelques jours pour discuter de la possibilité de rendre le stationnement sur les aires de repos payant, comme c'est le cas déjà dans les principaux centre-villes.
Auteur
Journal
Le Connard Enchaîné
Logo du journal